La Foire de Statte est annulée. Alors que leurs manèges sont montés, les forains se disent déçus. Et même plus... Ils sont dégoûtés...

Ils sont tous là, regroupés à l'entrée du champ de foire. Ils se racontent, expliquent, évoquent leur déception... Ils attendent. Quoi? Ils ne le savent pas, tant ils sont encore sous le choc de l'annonce qui vient de leur être faite. La Foire à 1€ aurait dû ouvrir ses portes vendredi. Là, les forains, installés au port de Statte, viennent d'apprendre par le bourgmestre f.f. Éric Dosogne et Jacques Mouton, échevin responsable des foires et marchés, qu'elle n'aurait pas lieu. Déception... Colère même...

LIRE AUSSI | Huy: la foire de Statte est annulée...

«La Ville de Huy ne décide rien, elle a attendu les décisions de Liège...», affirme Jean Shweig, forain givois responsable de l'organisation de la foire. «Ils nous ont fait courir... Ils nous ont donné l'autorisation d'ouvrir vendredi pour maintenant changer d'avis.» Depuis vendredi, les forains ont mis tout leur cœur à l'ouvrage pour que tout soit prêt. Ils ont travaillé nuit et jour pour installer leurs manèges, pour monter les chapiteaux et installer les groupes électrogènes, pour étaler ces tonnes de pierrailles recouvrant les ornières et trous boueux. Et cela n'aura servi à rien. La septantaine de forains avait rallié le port de Statte, «il ne manque qu'un ou deux manèges».

Et non, les forains ne s'attendaient pas à un tel revirement. La Foire de Liège a été annulée mais ils ne pensaient pas que la Ville de Huy allait suivre la même voie. «On n'a rien à voir avec Liège. Ici, c'est une petite foire, on n'est pas le quart de celle de Liège. Et on est en dehors de la ville, pas comme à Liège.» Les forains avaient pris soin de préparer la foire sur papier avec les services de l'administration communale. Afin de faire deux espaces distincts de 400 personnes avec deux entrées et autant de sorties, d'élargir les allées du champ de foire pour avoir de l'espace, d'engager des vigiles, de commander des masques et du gel,...

«Je suis responsable, j'étais prêt à assumer»

«Ce n'est pas une bonne décision... Pourquoi ne pas avoir réduit à 400 personnes?» Au-delà de la déception, la colère n'est pas loin... «Ça devient du racisme. Les parcs d'attractions peuvent ouvrir eux et pas nous.» Et Jean Schweig de commenter: «on est sur un terrain privé qui appartient au port de Liège. C'est moi qui suis responsable, en cas de problème, pas le bourgmestre...» Et il est prêt à assumer.

Et quoi, maintenant? Une réaction des forains? Un recours? Ils ne savent pas encore. Là, ils sont encore sous le choc de l'annonce et des implications qu'elle comporte. «On ne travaille plus depuis un an», explique Jean Schweig. Les forains ont achevé la saison l'an dernier quasi à pareille époque. Puis il y a eu l'hiver et alors qu'ils comptaient reprendre au printemps, la pandémie a stoppé net toute velléité. «On pensait pouvoir quand même travailler un mois avant l'hiver. On comprend qu'il y a la crise. Mais je connais tous les forains d'Allemagne, des Pays-Bas, d'Italie, de France, d'Espagne... Là, il y a des foires. Regardez, la foire d'Ostende, elle est organisée. Et toutes les petites foires, comme à Ouffet et à Hamois...»

Les forains sont clairement déçus. D'autant plus qu'on leur a laissé tout installer «alors qu'on est déjà en difficultés financières. Ils auraient dû nous permettre d'ouvrir et voir comment on gérait...»

 

 

 

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20201007_01517465/foire-de-statte-les-forains-sont-decus-degoutes-meme#article-comments