Ce lundi 14 octobre 2019, le Centre de Médiation prenait part à l’audition publique organisée au Comité Economique et Social Européen (CESE) sur la thématique de la ségrégation rencontrée par les Roms et les Gens du Voyage dans le secteur du logement : « La situation de logement des Roms : évaluations et réponses à la ségrégation ».

Après l'introduction d'Erika Koller, du groupe d'étude sur l'inclusion des Roms (CESE), le premier panel rassemblait Szabolcs Schmidt (Commission Européenne) dont l'intervention traita du contenu des stratégies nationales d'inclusion des Roms dans le secteur du logement, qu’il a présenté comme un secteur où pratiquement rien n’a changé, et Andrey Ivanov (FRA) qui a passé en revue les conclusions des études les plus récentes en matière de logement des Roms en Europe. Celles-ci illustraient, entre autres, l’impact de la ségrégation sur d’autres domaines cruciaux et vecteurs d’inclusion, tels que l’emploi. Le modérateur de ce premier panel, Henri Malosse, était lui aussi issu du groupe d'étude sur l'inclusion des Roms.                                                                                                                                                                

Après l'introduction d'Erika Koller, du groupe d'étude sur l'inclusion des Roms (CESE), le premier panel rassemblait Szabolcs Schmidt (Commission Européenne) dont l'intervention traita du contenu des stratégies nationales d'inclusion des Roms dans le secteur du logement, qu’il a présenté comme un secteur où pratiquement rien n’a changé, et Andrey Ivanov (FRA) qui a passé en revue les conclusions des études les plus récentes en matière de logement des Roms en Europe. Celles-ci illustraient, entre autres, l’impact de la ségrégation sur d’autres domaines cruciaux et vecteurs d’inclusion, tels que l’emploi. Le modérateur de ce premier panel, Henri Malosse, était lui aussi issu du groupe d'étude sur l'inclusion des Roms.

Le second panel d'intervenants rassemblait quant à lui 5 représentants de différentes associations de la société civile: l'association des Sinti, Roms et Voyageurs (Hollande), le Centre de Médiation des Gens du Voyage et des Roms (Belgique), le European Roma Information Office (ERIO), le European Network Against Racism (ENAR) et la Fundacion Secretariado Gitano (Espagne). Chacun a taché de présenter leur perspective sur la situation de logement des Roms, tantôt rapportant des situations de ségrégation insoutenables dans leurs pays d'origine, tantôt présentant des exemples de bonnes pratiques d'insertion par le logement. Pour le Centre de Médiation, cette audition fut l'occasion de présenter les situations de logement vécue actuellement par les Roms et les Gens du Voyage en Belgique :

  • Pour les Roms, il s’agissait d’abord d’évoquer un constant inquiétat, celui d’un nombre grandissant de familles en situation de sans-abrisme et d’errance permanente. L’occasion d’attirer l’attention sur un problème plus structurel, celui de l’inadéquation pour les familles roms des services et programmes existants qui visent à lutter contre le sans-abrisme. En effet ces services et programmes, des hébergements d’urgence et abris de nuits aux projets long-terme d’insertion par le logement, sont majoritairement conçus pour des individus isolés, là où les situations de précarité sont généralement vécues en famille chez les Roms. Enfin, l’évocation des politiques spéciales pour les Roms développées au niveau européen et de leur absence de résultat concret a permis d’illustrer un des mécanismes de l’« ethnicisation » des difficultés vécues par les Roms (processus qui attribue des problèmes socio-économiques globaux à des soi-disant spécificités culturelles).
  • Dans une seconde partie de présentation, le Centre de Médiation a présenté la situation de logement actuelle des Gens du Voyage, qui est marquée par le besoin d’une reconnaissance effective du mode de vie mobile et de la caravane comme logement, ainsi que par un cruel manque de terrain dédié à leur séjour temporaire et résidentiel. Cette situation génère de nombreuses installations sans autorisation, ce qui crée des tensions avec les populations locales et mène souvent à l’expulsion… Et ce, malgré un nombre croissant de moyens publics pour financer l’acquisition et l’aménagement de terrains pour les Gens du Voyage !
  • S’il était important d’attirer l’attention sur cette situation de blocage, c’est parce que pour les familles itinérantes, la capacité de voyager et de séjourner temporairement est une nécessité absolue pour continuer à développer leurs activités économiques et pour préserver leur relations professionnelles, sociales et familiales. L’occasion d’évoquer l’impact de cette situation sur les droits fondamentaux des Gens du Voyage, mais aussi de rappeler que même une organisation minimaliste du séjour temporaire par les communes suffit à rencontrer les besoins de la grande majorité des groupes du Voyage.

En résumé, les discriminations de logement rencontrées par les Roms et les Gens du Voyage révèlent à nouveau un paradoxe de l’Union Européenne, où sont développés un cadre européen et des stratégies nationales d’inclusion des Roms, mais où dans le même temps, les deux communautés restent en pratique en marge des politiques d’inclusion et la cible de politiques et mesures d’exclusion. Pour terminer, le Centre de Médiation a clôturé son intervention avec une série de recommandations visant à inclure le mode de vie mobile des Gens du Voyage et à lutter contre les discriminations au logement (raciales comme structurelles) rencontrées par les Roms.

 

Programme sur le site du CESE : European Economic and Social Committee - Programme en PDF