Les rares aires d’accueil wallonnes ferment souvent leurs portes le 1er novembre. Un réel problème pour les gens du voyage.


Dans sa caravane bien chauffée, le président du Comité national belge des gens du voyage ne sait pas encore où il passera Noël. - J.-P. D.V.

 

Chaque hiver, le problème se pose. C’est un véritable parcours du combattant pour les gens du voyage de trouver un endroit pour installer leurs caravanes. Plus de la moitié des communes qui les acceptent en été ferment leurs aires d’accueil en fin d’année. Celles-ci n’étant ouvertes que du 1er mars au 31 octobre.

 

Source : Le Soir