L'article de la Dernière Heure – Les sports du 10.05.2021 intitulé « Coupure d'eau à Ghlin: Les gens du voyage ont détourné l'alimentation au zoning Initialis »  invite à réfléchir.

Non pas pour déplorer les conséquences éventuelles d'un raccordement à l'eau par un groupe de Voyageurs mais plutôt pour éviter qu'ils ne soient contraints de procéder de la sorte ad vitam ; les alternatives officielles qui leur sont offertes en Belgique pour couvrir leurs besoins élémentaires - notamment en eau -  étant largement insuffisantes.

La situation telle qu'exposée au sein de l'article met en évidence le manque cruel de terrains – accessibles (notamment par le biais d'un revêtement de sol adapté)  et équipés (notamment en termes d'accès à l'eau et l'électricité) en région wallonne mais aussi en région bruxelloise.

Sur les 262 communes que compte la Wallonie, 10 d'entre elles seulement disposent d'une aire d'accueil dévolue aux Gens du Voyage tandis que seulement quelques unes parmi celles-ci ont répondu à l'appel à projet lancé par la Région Wallonne en son décret du 02.05.2019, en vue de financer l'acquisition, l'aménagement, l'extension et l'équipement de terrains d'accueil à destination des Gens du voyage.  En région bruxelloise, la question est encore plus problématique puisque ces derniers sont tout simplement persona non grata dans les 19 communes et cela depuis plusieurs années !

En 2012, la Belgique a d'ailleurs été condamnée par le Comité européen des droits sociaux pour violation du « droit des familles à une protection sociale et économique » tandis qu'elle n'assurait pas « sans discrimination la protection contre la pauvreté et l'exclusion sociale des Gens du Voyage ».  La Cour européenne des droits de l'homme s'est également prononcée à deux reprises pour condamner le sort réservés aux Gens du Voyage, ici en France et au Royaume uni en l'occurrence.

L'article souligne avec justesse les nuisances vécues par les habitants proches du terrain en question et le raccordement inapproprié à l'eau par les Gens du Voyage. Nous nous interrogeons aussi sur les causes structurelles d'une telle situation. C'est en effet l'absence de structures d'accueil adéquates qui favorise les installations spontanées et la survenance d'incidents comme celui de Ghlin ; cette pénurie pénalisent nécessairement les Gens du Voyage mais également en seconde ligne, les habitants locaux.

Pourtant, la Région wallonne soutient financièrement, depuis plusieurs années, la création et l'aménagement de terrains d'accueil pour les Gens du Voyage.

Ainsi, c'est avec force que le Centre de Médiation des Gens du Voyage appelle l'ensemble des  communes à se lancer dans un processus d'organisation de l'accueil des Gens du Voyage, le processus permettant assurément de circonscrire ce type d'installations et de raccordements spontanés. Depuis près de 20 ans, le Centre de Médiation aide aussi les autorités locales à envisager des solutions permettant un réel vivre-ensemble.  

Là où se trouve une volontéil existe un chemin...pourvu qu'il y ait une volonté !