Habita léger à Walhain : le CPAS choisit une yourte comme logement d’urgence

Photo : BELGA/AFP

Photo : ÉdA - 50250206377

 

Le CPAS va introduire un permis d’urbanisme pour pouvoir se doter d’une yourte. Celle-ci sera utilisée comme logement d’urgence.

Une solution inédite! En cas d’incendie ou de situation précaire, un appartement ou une maison d’urgence peut être mis à la disposition des habitants par le CPAS. Désireuse de construire un premier logement d’urgence à Nil-Saint-Vincent, le CPAS de Walhain a introduit un dossier original. «Il y a eu un appel à projets de la part du fédéral pour les logements d’urgence et l’équipe du CPAS s’est dit que ce serait bien de proposer quelque chose de “léger”, car on possède un endroit où l’installer», explique Agnès Namurois (Écolo), présidente du CPAS. Le projet, ce sera d’acheter une yourte de logement d’urgence. «Le fédéral a été séduit par notre idée et nous a attribué un subside de 53 000€.»

«Ce n’est pas du tout du camping!»

Cette yourte pourrait être montée dans le grand jardin des trois logements publics «Comme chez toit», à Nil-Saint-Vincent. Le site appartient à la Commune et est géré par le CPAS depuis 2011. «L’emplacement est vraiment bien car le jardin est rarement investi par les habitants. Ce serait une manière de les rapprocher, de créer de la cohésion.»

Agnès Namurois souligne les atouts de cet habitat léger: «Il pourrait être utilisé par une petite famille, qui a besoin de quelque chose de chaleureux. Un petit cocon. Les jeunes couples apprécient cette ambiance. Ce serait très accueillant, puis proche de la nature aussi. On a vu de très beaux modèles et il y a tout le confort nécessaire: une salle de bains, une grande pièce, une chambre. Ce n’est pas du tout du camping!»

La présidente du CPAS de Walhain est très enthousiaste. «Nous avons discuté avec le service urbanisme et l’échevin du Logement, tout le monde y est favorable. Nous allons consulter un spécialiste en droit, pour voir où en est la législation à ce sujet.»

Le dossier ne s’annonce toutefois pas si facile à réaliser. «Le problème, ce sera de recevoir un permis d’urbanisme. Nous n’avons pas encore rentré de dossier. Nous allons voir si la fonctionnaire déléguée l’acceptera ou non.»

Le CPAS compte en tout cas s’activer rapidement pour cet habitat dit alternatif. «Avant la fin de l’année très certainement, car le subside doit être utilisé dans les deux ans. Ce serait en tout cas une très belle opportunité. Trouver un logement à 50 000€, en Brabant wallon en plus, ce n’est pas mal du tout, non?»

 

Source : Brabant Wallon - Walhain - 30/10/2019 à 07:04 - Pierric BRISON - L'Avenir