La Plate-forme de lutte contre le racisme et les discriminations*
Mis en ligne lundi 21 mars 2016, 11h06


En cette Journée Internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, des acteurs et associations de la lutte contre le racisme nous rappellent combien il est important de reconnaître et valoriser la parole et les droits de chacun.

Il y a dans la société belge d’aujourd’hui certaines identités qui sont plus commodes que d’autres. Il est plus facile d’être athée, agnostique ou catholique que musulman ou Juif. Il est plus facile d’être blanc que noir, homme que femme, hétérosexuel qu’homosexuel, etc. Cette asymétrie est insupportable ; il faut qu’elle cesse ! Pourquoi certaines identités auraient-elles le droit de tenir le haut du pavé tandis que les autres seraient reléguées dans les arrière-cours ? Les droits humains qui constituent le socle de valeurs de nos démocraties ne s’appliquent pas à géométrie variable. Il faut reconnaître et valoriser la parole et les droits de chacun de la même manière.

Identités multiples

C’est un fait, la Belgique a mal à sa diversité. Elle peine à prendre conscience de la multitude des identités qui la compose et à les accepter pour ce qu’elles sont. La manière dont notre société pose la question de l’« intégration » nous blesse profondément. Il est temps de regarder en face notre propre métissage.

Nos identités sont multiples. Elles se rapportent à notre nationalité, à notre groupe ethnique et linguistique, à notre genre, à notre âge, à notre classe sociale, à notre statut socio-professionnel, à notre famille, à notre préférence sexuelle, à nos hobbies ou à nos engagements et convictions. La liste de toutes nos identités est infinie et c’est la combinaison unique de ces identités qui fait de chacun un être pareil à aucun autre.

Nos identités ne sont pas figées. Elles évoluent au gré de nos rencontres, de nos expériences de vie et s’enrichissent sans cesse. C’est ce qui fait que nous ne sommes pas les mêmes à 25 ans qu’à 50 ans. Nous changeons. Par ailleurs, en fonction des moments et des situations, nous mettrons plus en évidence une de nos identités par rapport aux autres. Nous insisterons plutôt sur notre formation dans le cadre d’un entretien d’embauche ou sur notre engagement dans un club sportif lors d’un dîner entre amis.

 Assignation identitaire

Malheureusement, la tendance à réduire l’autre à une seule de ses identités est très forte. Ainsi, en dépit de leurs caractéristiques propres et de leurs spécificités, les Noirs sont souvent vus comme faisant partie d’un groupe homogène. Toutes leurs autres identités sont effacées. Peu importe que certains soient ouvriers, fonctionnaires ou médecins, qu’ils soient originaires de la RDC, du Rwanda ou du Cameroun, qu’ils soient catholiques, évangélistes ou musulmans, libres penseurs, etc. Nos stéréotypes veulent qu’on ne retienne d’eux qu’une seule chose : « Ils sont noirs ! ». Cette seule couleur de peau les définirait entièrement. Leurs individualités respectives disparaissent derrière elle, faisant de chacun d’eux des êtres interchangeables. Ce constat est le même pour d’autres groupes discriminés.

Il découle d’un processus qui tend à assigner à l’autre une identité exclusive. Ce processus d’assignation identitaire est extrêmement violent pour ceux qui le subissent. Il est à la base de tout réflexe raciste. En effet, trois conditions sont nécessaires pour considérer un comportement comme raciste, sexiste ou homophobe. L’assignation identitaire y tient une place centrale. La première condition est l’homogénéisation des groupes infériorisés par laquelle les caractéristiques propres à chaque individu disparaissent derrière une identité de groupe assignée. La seconde condition est la présumée transmissibilité de ces caractéristiques identitaires, au sein du groupe et de génération en génération. La troisième condition est la hiérarchisation de ces mêmes caractéristiques, celles du groupe infériorisé étant considérées comme anormales, archaïques, inférieures, voire dangereuses.

 Les germes de la haine

Il est donc fondamental que chacun prenne conscience des risques que comporte le processus d’assignation identitaire. S’il nous coupe de tout lien avec l’autre, il contient surtout les germes de la haine. Si je ne suis ni l’un ni l’autre, quelle attache pourrais-je avoir avec un Juif ou un musulman qui serait uniquement défini par cette identité ? Il devient alors l’« autre » absolu, celui qui n’a rien en commun avec moi. Par contre, si je reconnais que ce Juif ou ce musulman est comme moi bruxellois ou liégeois, qu’il a peut-être les mêmes passions, un métier semblable, je serai plus susceptible d’entrer en empathie avec lui. J’aurai des choses à partager avec lui.

Pire, l’assignation identitaire permet de justifier la discrimination, c’est-à-dire l’oppression, l’exploitation ou l’exclusion d’individus sur base de leur appartenance réelle ou supposée à une communauté ou à un groupe donné. Le groupe dominé, conquis, exploité, ostracisé, est catégorisé, traité comme inférieur et assigné à une position sociale inférieure. Il est souvent enfermé dans des niches économiques du marché secondaire du travail et dans les cas où certains de ses membres parviennent à travailler dans des secteurs plus attractifs, ceux-ci se retrouvent très souvent bloqués dans leurs possibilités de promotion par le fameux « plafond de verre ».

 Refuser toute assignation

Il est essentiel de dénoncer les travers de cette dynamique qui nous enferme dans des groupes identitaires opposés, hiérarchisés. Nous devons au contraire valoriser la multiplicité de nos identités et en promouvoir le métissage. Nous devons créer par la parole et le dialogue un espace commun dans lequel toutes ces identités pourraient s’épanouir, un espace où la résorption des inégalités et des discriminations économiques et sociales qui nous mobilisent puisse s’envisager ensemble de façon universelle. Il faut que chacun puisse se reconnaître dans cet espace, que personne ne puisse considérer qu’il lui est totalement étranger et donc, opposé. Il faut pouvoir changer notre façon de voir les choses. Trop longtemps, ceux qui étaient mis à l’écart ont dû porter sur leurs épaules le poids de leur « intégration » dans la société. Ce temps-là est fini ! C’est à chacun de refuser toute assignation, de respecter la place des identités de l’autre mais aussi à la collectivité de mettre en place des mécanismes de solidarité permettant à chaque individu de s’émanciper dans le respect de ses identités et dans le respect de ses droits. C’est autour de telles valeurs et de la création de cet espace commun que les acteurs de la lutte contre le racisme se retrouvent et veulent travailler ensemble.

*Le Comité de pilotage de la Plate-forme de lutte contre le racisme et les discriminations : CEJI – une contribution juive pour une Europe inclusive, Centre Bruxellois d’Action Interculturelle, Centre communautaire laïc juif David Susskind, Centre d’éducation populaire André Genot, les Centres régionaux d’intégration, Collectif contre l’islamophobie en Belgique, Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Étrangers, Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie, Fédération des Congolais de Belgique, FGTB, Média Animation, Muslims Rights Belgium, MOC, MRAX, Pax Christi Wallonie-Bruxelles, Share ; et d’autres associations membres.

 

Source : Le Soir - Lundi 21/03/2016