avec Belga
Mis en ligne sur le site du Soir le jeudi 17 juillet 2014, 17h33
L’action de protestation a lieu ce jeudi soir sur le terrain industriel occupé par les caravanes.

Photo Roger Milutin


La façon dont les occupants des caravanes ont été chassés est inhumaine  ». Les Jeunes socialistes flamands sont en colère. Pour marquer leur désaccord avec l’action du bourgmestre sp.a de Landen, ils ont décidé d’organiser un festival en soutien aux gens du voyage installés sur le terrain industriel de Landen. Si l’événement – baptisé avec humour « TomorrowLanden », en référence au festival éponyme – se veut festif, c’est surtout l’occasion pour les jeunes socialistes de remettre les conditions d’accueil des gens du voyage au centre du débat.

Pour Sanne Doms, présidente des Jeunes socialistes flamands, «  tout cela révèle un problème plus profond. Depuis des années, la Flandre, et en particulier le ministre compétent Geert Bourgeois, refuse d’augmenter le nombre de terrains d’accueil. Actuellement, il n’existe que 77 emplacements dans les terrains de transit de Flandre, alors qu’il devrait y en avoir 100 par province selon la commission flamande des gens du voyage. Même l’Europe a déjà pointé notre pays du doigt  ».

Les gens du voyage installés depuis dimanche sont partis comme prévu ce jeudi après-midi. Ils ont rejoint Overpelt, dans le Limbourg, où ils pourront rester quatre à cinq jours d’après le bourgmestre Dirk Vanseggelen. Le groupe avait rallié Landen dimanche soir. Selon le propriétaire du terrain et la ville de Landen, ils n’avaient pas l’autorisation de s’y installer. Le bourgmestre s.pa Gino Debroux a alors eu l’idée de mettre en route une installation musicale de 14.400 watts afin de les chasser.