STOCKHOLM — Le géant suédois du meuble Ikea va verser 60.000 couronnes (6.730 euros) de dommages et intérêts à quatre clientes Roms qu'un de ses vigiles avait surveillé d'une façon "discriminatoire liée à leur appartenance ethnique", a annoncé la justice suédoise.
"Ikea a exposé ces femmes à une discrimination qui est liée à leur appartenance ethnique", écrit dans sa décision publiée sur son site l'ombusdman suédoise chargée des discriminations (DO).

Les quatre femmes, qui recevront 15.000 couronnes chacune, avaient déposé plainte après avoir été suivies et observées "en permanence" par un vigile lors de leur visite d'un magasin Ikea dans la banlieue de Göteborg, dans le sud-ouest de la Suède.
"D'autres clients avaient constaté que le garde les surveillaient, ce que les femmes ont vécu comme une offense supplémentaire", souligne l'ombudsman, Mme Katri Linna.
La médiatrice de la justice suédoise indique avoir décidé de traîner Ikea devant un tribunal, mais a d'abord proposé au numéro un mondial du meuble en kit un compromis pour régler le litige, ce qu'Ikea a accepté.
Le groupe suédois, qui se veut un modèle d'entreprise socialement et écologiquement responsable, "n'a pas tranché sur le fait que les femmes aient été discriminées (ou non), mais regrette qu'elles se soient senties discriminées et s'engage à prendre des mesures pour éviter que ce genre de cas se reproduise", indique l'ombudsman.

Source : Article AFP/Google, du 14 janvier 2011