Afin de répondre au mieux aux besoins de la communauté des gens du voyage, la Ministre de l’Action sociale a déposé un projet décret visant à réformer l’accueil des Gens du voyage. Cette réforme, validée par le Gouvernement wallon, prévoit d’étendre sur l’ensemble de la Wallonie l’accueil via des aires aménagées ayant accès à l’eau, à l’électricité, aux sanitaires et à l’organisation du ramassage des immondices. Un budget de 5 millions € est prévu pour soutenir la création de dix nouvelles aires d’accueil.

 

L’organisation de l’accueil des Gens du voyage est une politique qu’il convient d’appréhender avec justesse et respect afin d’éviter toute caricature ou stigmatisation. Il revient aux responsables politiques de montrer la voie à suivre pour permettre une cohabitation harmonieuse entre les habitants et ces citoyens de passage sur une commune.

Pour la Ministre de l’Action sociale, Alda GREOLI, il s’agit d’un défi majeur à relever : « Ce dossier ne laisse personne indifférent. La difficulté est de trouver le meilleur moyen pour que les communes ouvrent des aires d’accueil sur leur territoire. Les gens du voyage doivent recevoir l’accueil qu’ils méritent et auquel ils ont droit. A ce jour, seules 3 communes (Ath, Namur et Bastogne) proposent une aire équipée d’infrastructures permanentes avec des sanitaires, l’électricité, un revêtement stabilisé, … et quelques autres mettent à disposition une aire temporaire. C'est insuffisant pour répondre aux réalités de terrain ».

Concrètement, cette réforme vise à soutenir financièrement les communes qui investiront dans l’acquisition, l’aménagement ou l’extension d’aires à destination des gens du voyage.

A cet effet, la Wallonie lancera en 2019 un appel à projet. Jusqu’à 500.000 € d’aides pourront être octroyés pour 10 communes, soit 5 millions €. En outre, pour les communes disposant déjà d’une aire d’accueil, des subventions récurrentes de fonctionnement de 30.000 € sont prévues à partir du 1er janvier 2020.

Ces nouveaux projets permettront d’assurer un accueil concerté et de qualité et de favoriser l’intégration des Gens du voyage. Ils réduiront également les risques d’implantations sauvages dans des lieux inappropriés, source de tensions locales, dès lors que des aires adéquates auront été créées en plus grand nombre.

Pour Alda GREOLI, cette réforme contribue à un accueil digne et respectueux du mode de vie des gens du voyage. La Ministre est par ailleurs convaincue que la cohabitation est d’autant plus harmonieuse quand les pouvoirs publics montrent qu'ils gèrent les situations plutôt qu’ils les subissent.

 

Source : greoli.wallonie - Publié le 04/12/2018