Organiser l’accueil des gens du voyage désamorce les conflits et apaise les tensions. C’est le bourgmestre de Charleroi qui le dit.

Dans ce cadre, Paul Magnette vient de confirmer le renouvellement de l’expérience pilote menée à Couillet de fin septembre à octobre dernier, où un terrain de la rue du Moulin avait été aménagé pour accueillir un campement d’une quarantaine de familles.

Du 22 mai au 4 juin 2018, le groupe sera de retour sur le même site, à proximité du centre d’examen pour le permis de conduire. L’accueil se fera dans les mêmes conditions. Lors de son premier passage à l’automne, l’occupation de la parcelle avait fait l’objet d’un consensus avec la Ville: séjour limité à un mois, paiement de charges pour les fournitures en eau et électricité ainsi que l’enlèvement des poubelles, respect du voisinage.

La cohabitation n’avait donné lieu à aucune plainte. Pour favoriser le rapprochement et nouer un dialogue, une soirée de rencontre avait même été organisée avec les riverains. «Cela avait permis d’évacuer certains clichés tenaces, observait le chef de la communauté, Manuel Charpentier. D’abord, nous ne sommes pas des étrangers de passage, mais des citoyens belges et wallons qui vivons honnêtement de notre travail. Ensuite, nous ne sommes pas non plus des voleurs de poules et d’enfants comme le véhiculent des rumeurs insistantes. Si un membre de notre groupe venait à commettre une infraction ou un délit, il en serait exclu immédiatement.»

Le nouveau projet d’accueil a été défini et encadré par la référente «gens du voyage» de Charleroi. Les lieux seront ainsi rééquipés pour la date convenue, avec raccordement électrique, arrivée d’eau et intégration d’un espace de collecte des déchets.

La source : Charleroi - 26/04/2018 à 06:00 - L'Avenir