SAINT-GEORGES

Les caravanes étaient arrivées en grand nombre à St-Georges, sans en demander l’autorisation.-ÉdA


Les caravanes de la communauté religieuse «Vie et Lumière» ont quitté St-Geoges hier. Rencontre avec ces gens du voyage.

Non, les riverains ne s’y sont pas opposés. Craintifs d’un premier abord de voir s’installer sans autorisation pas moins de 150 de caravanes le lundi 21 juin dernier à proximité de chez eux, sur un terrain communal de la rue de la Vallée, à Saint-Georges, les habitants du quartier n’ont, pour la plupart, pas pris peur. Certains, comme Simone Bex (75 ans), ancienne professeur d’histoire, leur a même rendu visite à plusieurs reprises.

«Ce sont des gens biens, ce ne sont pas des gitans, mais des évangélistes», explique-t-elle, après avoir apporté à une famille avec laquelle elle a lié connaissance une baguette, ainsi que des galettes liégeoises pour les enfants. «Ces personnes-ci ne vous demandent rien et ne viennent pas rôder près des maisons. Elles sont d’une propreté impeccable. Regardez par vous-même, rien ne traîne. Quant aux enfants, on ne les entend pas. Je ne dis pas cela pour leur faire plaisir, d’autant que je ne ferais pas confiance à tout le monde.»

Les personnes en question font partie de la communauté religieuse «Vie et Lumière» et ne veulent en aucun cas être assimilées à la mauvaise image véhiculée par certaines gens du voyage. D’ailleurs, la plupart de ces gens du voyage, qu’ils soient d’origine belge ou française, travaillent. «Nous faisons partie d’une mission évangélique, explique l’un d’eux. Sous le chapiteau, on se réunit presque tous les soirs avec les pasteurs. On peut comprendre les gens, puisqu’en arrivant aussi nombreux, on leur fait peur. Mais nous ne sommes pas des voleurs. Moi, je suis indépendant. Je paie mes impôts et mes lois sociales. La seule différence, c’est notre mode de vie. Parce que notre caravane, c’est notre maison. On nous prend toujours pour des mauvais, mais ce n’est pas le cas.»

Selon la coutume en vigueur dans cette communauté religieuse, la durée de leur séjour au même endroit est de l’ordre du mois. À l’issue de discussions animées mais constructives avec ces gens du voyage, les autorités communales et la police, il avait été convenu que les membres de la communauté quitteraient progressivement la Commune à partir de ce lundi. Mais hier dimanche, les caravanes avaient déjà quitté les lieux. Toutes les caravanes.

 

Source : journal l'Avenir - le 29 juin 2015