Pour Vincent Grassa, il n’y a pas actuellement de contact amiable prévu, mais le problème est à l’étude auprès des services juridiques de l’aéroport.-ÉdA (archives)

 

L’aéroport de Charleroi est à la recherche d’une solution juridique à la suite de la présence de dizaines de caravanes de gens du voyage aux abords de l’aéroport, indique Vincent Grassa, porte-parole du BSCA. «Il n’y a pas de solution dans l’immédiat», a-t-il ajouté.

Plusieurs dizaines de caravanes de gens du voyage se sont installées pendant le week-end sur un terrain privé appartenant à l’aéroport de Charleroi, après leur départ d’un terrain de Marcinelle. Pour le porte-parole de l’aéroport, Vincent Grassa, cette présence suscite des dangers évidents en raison du trafic aérien, mais aussi de la proximité de voies à grande circulation longeant l’aéroport, alors que les gens du voyage sont notamment là avec des enfants en bas âge.

«Tout en comprenant leur situation, due à l’absence de terrain adéquat dans la région, on ne peut que déplorer d’avoir été mis devant le fait accompli, sans le moindre contact préalable avec les responsables du BSCA», indique Vincent Grassa. «Cette présence constitue un danger tant pour eux que pour les usagers de ces voiries».

Pour Vincent Grassa, il n’y a pas actuellement de contact amiable prévu, mais le problème est à l’étude auprès des services juridiques de l’aéroport, afin de permettre une solution qui tienne compte des besoins des uns et des autres. «Rien n’a encore été décidé», explique le porte-parole.

 

L'Avenir -  lundi 8 juin 2015 18h10 - Belga