Mardi 9 septembre 2014 à 12h20

Les gens du voyage pourront rester tout le mois de septembre à Mont-Saint-Guibert. Un accord a été trouvé hier après-midi avec le propriétaire du terrain, le groupe AXA. L'installation des 35 caravanes avaient suscité pas mal de remous ce weekend au sein de la commune.
Les gens du voyage avaient d'abord tenté de forcer l'entrée du terrain, barrée par des plots en béton. Puis ils avaient menacé de s'installer dans le centre-ville.

Finalement, les gens du voyage se sont installés sur le site du Jaurdinia. Mais le propriétaire verra s’il va ester en justice.

Fred Moisse

Et c'est le bourgmestre lui-même, pour préserver la tranquillité du village, qui a fait enlever les plots. Afin que les caravanes puissent entrer sur le terrain d'AXA. "Je n'ai pas eu le choix", explique le maïeur Philippe Evrard. "C'était ça, où les gens du voyage campaient dans le centre-ville. Avec comme résultats, la paralysie du village et le mécontentement de la population. J'ai pris contact avec Axa, qui m'a donné son feu vert".

Accord d'Axa, pour calmer le jeu

Mise devant le fait accompli, la banque a effectivement accepté que les gens du voyage reste sur son terrain jusqu'à la fin du mois de septembre. En échange du paiement d'une caution. Les occupants devront également payer un loyer afin de couvrir les charges en eau et électricité. Il faut dire que lors de leur dernière visite, les gens du voyage s'étaient servis directement via les poteaux d'éclairage et les bouches d'incendie. Jean Caplot, leur porte-parole, se justifie :"Nous avons des bébés, des jeunes enfants, nous sommes humains avant toute chose! On ne peut pas vivre sans eau ni électricité, quand nous nous installations quelque part, il nous faut un minimum d'hygiène!"

Illustration du manque d'infrastructures d'accueil

Actuellement, sur place, la tension est retombée à Mont-Saint-Guibert. Mais ces nouvelles tensions entre autorités communales et les gens du voyage illustre une fois de plus une problématique récurrente : le manque d'infrastructures d'accueil. En Brabant wallon, seule la commune d'Ottignies-LLN a aménagé un terrain pour accueillir des caravanes.

    
Pierre-Yves Millet, pour la RTBF