Les ouvriers communaux se sont chargés de nettoyer les derniers déchets.-ÉdA – 301107742656

 

La saga taminoise de la semaine est terminée. Les gens du voyage, installés sur le site de Sainte-Eugénie depuis samedi, ont respecté la mesure d’expulsion et ont quitté les lieux.

 

Samedi 14 mai, un gigantesque convoi de caravanes prenait ses quartiers sur un terrain du Bureau économique de la province (BEP), sur le site de Sainte-Eugénie à Tamines. La visite non annoncée, dans le cadre d’une mission évangélique en Belgique, faisait polémique. Jean-Marie Becker, le porte-parole de cette communauté, expliquait alors: «Lorsque nous demandons l’autorisation aux communes, elles le refusent systématiquement. Donc, oui, nous venons à l’improviste nous installer sur un terrain.» Malgré leur volonté de rester deux à trois semaines, il n’en fut rien. Installés sur un terrain privé, mercredi, le tribunal de première instance de Namur délivrait une mesure d’expulsion. La communauté évangélique devait quitter les lieux dans les 24h, soit ce jeudi à 14h maximum.

Contrainte et forcée, la majorité des caravanes avait quitté les lieux le soir même. Dès 8h au matin, les dernières personnes présentes levaient le camp. S’en suivait l’arrivée de quelques oies et ouvriers communaux pour balayer les dernières traces de leur passage et de la saga de la semaine.

 

 

 

 



EdA 

Source : Vers l'Avenir - 19/05/2016